Cancer et oxygène, deux éléments liés ?

image_pdfimage_print

Cancer et oxygène, deux éléments liés ?

Chaque année, depuis toujours, des chercheurs, experts, médecins ou scientifiques réalisent des études afin de réussir à déterminer la cause de certaines maladies. Ces études offrent des pistes plus ou moins concrètes et aident surtout à trouver des remèdes pour contrer ces maladies. Certaines de ces études sont peu crédibles car elles n’offrent que peu de résultats ou qu’elles ne sont pas réalisées dans de bonnes conditions. Mais lorsque des études sont menées depuis de nombreuses années et dont les résultats sont encore discutés aujourd’hui, cela mérite tout de même une petite réflexion. Et justement, ici, il est questions d’études réalisées par Otto Warburg dès 1920. Et ces études portaient sur l’hypoxie et l’oxygénation.

Qui est Otto Warburg ?

Avant de parler des recherches menées par cet homme, il faut avant tout savoir qui il était. Né en 1883 et décédé en 1970, Otto Warburg était un médecin, un physiologiste et un biochimiste allemand. C’était également un docteur en médecine et un docteur en chimie. Lauréat du prix Nobel pour toutes ses recherches en 1931, Otto Warburg était surtout connu pour les études qu’il a réalisées sur le cancer et l’oxygène ou plutôt sur les cellules cancéreuses et l’hypoxie. Des études connues de tous et dont les résultats font encore parler d’eux.

Otto Warburg a-t-il trouvé les origines des cancers ?

Si vous vous demandez quel est le rapport entre les cancers et l’oxygène, pour le comprendre il faut se tourner vers les travaux d’Otto Warburg. En effet, d’après lui, il aurait trouvé les origines des cancers. Concrètement, les résultats de ses recherches l’ont conduit à affirmer que les cellules saines présentent dans notre corps aimaient l’oxygène tandis que les cellules cancéreuses n’aimaient pas l’oxygène.

L’effet Warburg

Quand on parle de « l’effet Warburg » en physiologie des plantes, celui-ci correspond à une diminution de la photosynthèse lorsque les cellules des plantes sont soumises des concentrations élevées d’oxygène. Par opposition à la physiologie des plantes, Otto Warburg a constaté qu’en réduisant la quantité d’oxygène de cellules saines, celles-ce devenaient malines.

C’est justement le résultat de ces études poussées qui a permis à Otto Warburg d’obtenir le Prix Nobel. Ainsi, si l’on se base sur les résultats de ses recherches, les cellules saines de notre corps ont besoin d’oxygène pour survivre. Lorsqu’il y a une hypoxie, un manque d’oxygène, les cellules deviennent cancéreuses. Le docteur Warburg affirme même que lorsqu’une cellule est privée de 35 % de ses besoins en oxygène durant une période de 48 heures, celle-ci devient cancéreuse. Otto Warburg, à l’époque de ses recherches, préconisait d’augmenter sa « consommation d’oxygène ».

À l’heure actuelle, peu de de nouvelles études récentes viennent confirmer les dires du docteur Otto Warburg, toutefois, le docteur Harry Goldblatt a poursuivi les travaux d’Otto Walburg et en est venu à la même conclusion : le manque d’oxygène détruit les cellules. Il a notamment fait des tests sur des rats et, sans grande surprise, les rats ayant reçu des cellules sous-oxygénées n’ont pas survécus aux tests contrairement aux rats ayant reçu des cellules oxygénées. Ce qui veut dire que les recherches faites par le docteur Otto Warburg sont tout à fait crédibles.

Les autres bénéfices apportés par l’oxygène

Dans un tout autre registre, il semblerait aussi que l’oxygène joue d’autres rôles, tout aussi important dans l’organisme. Et pour cause, l’oxygène aurait des propriétés bénéfiques pour notre organisme. L’oxygène aurait des vertus nettoyantes et vitalisantes. Par conséquent, des carences en oxygène pourrait être la cause de vieillissement prématuré. En d’autres termes, il serait possible de ralentir le vieillissement grâce à une bonne oxygénation.

Peut-on pallier au manque d’oxygène ?

Vous ne le savez peut-être pas mais personne sur Terre n’a vraiment une bonne oxygénation. Pourquoi ? Tout simplement parce que de plus en plus d’espèces végétales sont en voie de disparition. Et qui dit moins de plantes, dit forcément moins d’oxygène. La grande majorité de l’oxygène que nous consommons provient du plancton marin, sauf que de nos jours, les océans sont de plus en plus pollués tout comme l’air que nous respirons, notamment dans les grandes villes où la pollution est considérable. En d’autres termes, nous sommes tous en hypoxie a des degrés plus ou moins importants.

Dans l’expérience filmée par la BBC, des pilotes ont été soumis à un environnement appauvri en oxygène. En quelques minutes, on constate une diminution des fonctions du cerveau. Les personnes soumises à ce manque d’oxygène ne sont plus capables de faire des choses simples.

 

Boire de O2

C’est pour cela qu’il est primordial de faire en sorte de bien oxygéner son organisme. De quelle manière ? En buvant quotidiennement de l’eau oxygénée, riche enO2. Logiquement, il serait plus judicieux de boire un ou deux litres d’eau oxygénée par jour pendant 3 à 6 semaines minimum. La plupart des gens ne le savent pas mais l’oxygène qui se trouve dans cette eau reste plus longtemps dans les tissus que l’oxygène que l’on respire. Ce qui veut dire que boire de l’eau oxygénée est relativement bénéfique pour le corps.

L’organe qui absorbe l’O2 n’est plus le poumon, mais les muqueuses de la bouche, de l’estomac et de l’intestin. Après avoir traversé le tractus gastro-intestinal, la veine porte et le foie, cette eau oxygénée parvient par osmose et diffusion dans la circulation sanguine générale. Il existe des osmo-récepteurs à oxygène non seulement dans l’hypothalamus au cerveau pais aussi dans le foie, organe qui est le plus exposé aux diverses intoxications et sous-oxygénation et qui souffre le plus souvent en silence.

Cinq à dix minutes après avoir été ingérée par la bouche, cette eau enrichie en O2 entraîne une élévation de la pression partielle d’O2 dans le sang, ce qui a pour effet de dynamiser les différents éléments normaux du sang, puis les organes à travers la voie lymphatique. L’O2 apporté à l’organisme par l’eau oxygénée à boire demeure dans les tissus durant un laps de temps plus long que l’O2 inhalé.

Parmi les eaux oxygénées à boire il y a l’eau KAQUN, une eau apparemment normale, mais contenant 18 à 25 mg par litre d’oxygène biodisponible et stable dans les conditions normales de conservation,une eau qui a l’avantage d’être légèrement alcaline avec un pH de 7.1 à 7.5. Il ne s’agit pas, d’eau oxygénée pharmaceutique, que l’on utilise habituellement pour désinfecter les plaies, mais d’une eau à boire enrichie en oxygène assimilable par un procédé spécial.

Cancer et oxygène

La croissance des cellules cancéreuses commencent dès que la pression partielle de l’O2 dans le sang est inférieure à 8 mm/Hg. Au-dessous de 2,5 à 3 mm/Hg, les cellules cancéreuses résistent notamment à la chimiothérapie et à la radiothérapie. Moins il y a d’O2 dans le sang et les tissus et plus les cellules cancéreuses résistent à leur propre mort programmée (apoptose). Et plus on augmente le taux de O2 dans le sang, jusqu’à atteindre une saturation de plus de 98% et des pressions partielles d’O2 supérieures à 10-12 mm/Hg dans les tissus, et plus on stoppe la prolifération et la subdivision des cellules cancéreuses et plus on favorise leur mort par asphyxie et promotion de l’apoptose. Autrement dit, la sur-oxygénation du sang et des tissus asphyxie les cellules cancéreuses, qui ne peuvent vivre qu’en anaérobie (sans O2).

La technologie utilisée par KAQUN ne consiste pas à injecter sous une forte pression, de l’oxygène dans l’eau mais à agir sur la relation oxygène/hydrogène, ce qui permet de libérer naturellement l’oxygène déjà présent dans l’eau, et de maintenir à long terme, un haut degré d’oxygène dans cette eau traitée electrolytiquement. Grâce à son contenu élevé en oxygène lié, l’eau KAQUN aide à supprimer l’hypoxie sans induire d’effets secondaires.

Le processus électrolityque de fabrication de l’eau KAQUN réduit l’eau à sa plus petite forme liquide, en la dépolymérisant (en désintégrant ses grappes moléculaires ou polymères) ce qui accroît ainsi, son taux d’absorption par les cellules. De cette façon l’eau KAQUN pénètre et oxygène mieux la cellule pour la détoxiquer et donc l’énergiser.

Les travaux effectués par des chercheurs de l’Université de Stanford et du prestigieux MIT (Massachussets Institute of Technology) aux USA, montrent que le taux d’oxygénation cellulaire est 10 fois plus rapide quand l’oxygène est bu plutôt que respiré et que la quantité et la qualité de l’absorption de l’oxygène par le foie et les intestins est 6 fois plus élevée quand nous buvons une eau correctement oxygénée plutôt que quand nous l’inspirons.

N’étant pas un médicament, l’eau KAQUN est une eau d’hygiène vitale interne aux propriétés physio-biologiques particulières et non une eau « thérapeutique » au sens allopathique ou homéopathique. Elle agit non pas sur une maladie quelconque mais uniquement sur le terrain biologique et même psychologique par l’intermédiaire du cerveau sur-oxygéné. C’est en fait une eau de vitalité, donc de santé, tout comme l’eau alcaline par exemple.

 

Référence : Professeur Grégoire Jauvais MD DSC PHD

Le livre original du Professeur Grégoire JAUVAIS Traité de Santé et de Longévité Active par l’équilibre acido-basiqueest publié aux Editions Série Radieuse disponible sur www.novadyn.fr

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

vulputate, non id, elementum facilisis tristique sem, mattis justo ipsum venenatis