L’eau KAQUN, oxygénez vos cellules

image_pdfimage_print
Rate this post

QU’EST-CE QUE L’EAU KAQUN ?

L’eau KAQUN est une eau à l’apparence normale, riche en oxygène absorbable par le corps. Le haut taux d’oxygène est obtenu par un procédé unique au monde qui a la capacité de créer et de maintenir un taux élevé et stable d’oxygène dans l’eau.

ISSU D’UN PROCÉDÉ UNIQUE AU MONDE

Le procédé révolutionnaire KAQUN transforme l’oxygène lié de l’eau en oxygène « libre » et absorbable par le corps.​ Il n’y a aucune injection forcée d’oxygène dans l’eau, aucun procédé chimique.

RESULTAT DE LA RECHERCHE

KAQUN est le résultat de 20 ans de travaux de recherches. En Santé Naturelle, c’est certainement une des avancées scientifiques les plus importantes de notre époque.

La respiration n’est pas le seul moyen pour augmenter son niveau d’oxygénation, l’oxygène peut aussi être ingéré sous forme liquide. Les chercheurs du MIT et de Stanford ont démontré que l’oxygénation des cellules se produit 10 fois plus rapidement quand nous « buvons » l’oxygène. La qualité et la quantité d’absorption d’oxygène  dans le foie sont 6 fois plus élevées quand nous buvons de l’eau riche en oxygène par rapport à la respiration.

BOISSON – BAINS – COSMÉTIQUE

KAQUN nourrit le corps en oxygène supplémentaire de 3 façons extrêmement simples. Sous forme d’eau à boire, sous forme de balnéothérapie, et sous forme de soin cosmétique.

  1. BALNÉOTHÉRAPIE
    Lors d’un bain d’eau KAQUN, l’oxygène est rapidement absorbé par les capillaires de la peau et par micro-osmose ce qui provoque une régénération cellulaire rapide.Très puissant.
  2. EAU BOISSON
    Vous élevez vos niveaux d’oxygène an améliorant une chose simple, que vous faites chaque jour, boire de l’eau. L’eau KAQUN Boisson est excellente au goût, sans bulle, légère, très agréable à boire et rafraîchissante.
  3. COSMÉTIQUE
    Le Gel KAQUN est une solution 100% naturelle pour tous les problèmes de peau. L’absence de produit chimique fait qu’il convient à chaque type de peau.

RENFORCER LE VIVANT

Pour conserver et améliorer votre santé, commencez par vous concentrer sur ce qui est vivant en vous et renforcez-le. Il faut comprendre que seuls les éléments vivants peuvent s’opposer à la maladie.

Vous avez une plaie, ou un abcès ! Si les intelligences vivantes de votre organisme, capables de refermer la plaie ou de faire sortir les impuretés de l’abcès sont chloroformées à cause de la vie désordonnée que vous menez, la plaie ou l’abcès vont s’envenimer. Vous pourrez utiliser tous les désinfectants, pommades, et pansements possibles, si vos entités vivantes n’ont pas les conditions pour faire convenablement leur travail, les remèdes extérieurs resteront inefficaces.

Tandis que si vos ouvriers intérieurs peuvent travailler librement,ils participeront à la guérison. Alors, c’est clair, changez votre façon de considérer la santé et cherchez tous les moyens d’intensifier la vie en vous.

ACTION GLOBALE

L’eau KAQUN n’agit sur aucune maladie particulière, n’est ni un médicament, ni un traitement médical, et n’a aucun effet thérapeutique au sens allopathique du terme. Elle est simplement un élément aux caractéristiques particulières dont le corps a physiologiquement besoin pour fonctionner correctement.

LE MEILLEUR DE L’EAU

Avec l’eau KAQUN, vous profitez du meilleur de l’eau, une eau vivante, riche en oxygène. En buvant de l’eau KAQUN, chaque personne augmente ses niveaux d’oxygène, en améliorant une chose simple, que nous faisons chaque jour, boire de l’eau. L’oxygène supplémentaire véhiculé par l’eau KAQUN est délivré à nos milliards de cellules pour libérer l’énergie qui les anime, L’oxygène produit 90% de l’ATP, l’énergie universelle du corps sans laquelle nos cellules ne peuvent ni vivre, ni fonctionner. Ainsi en présence d’oxygène, une molécule de glucose (sucre assimilable) libère 36 unités d’ATP, donc d’énergie, et seulement 2 unités en absence d’oxygène.

VIVRE

Nous savons que l’oxygène est indispensable à la vie biologique et que de nombreux problèmes se développent lors d’une carence ou d’une absence d’oxygène, le manque d’oxygène étant la conséquence inéluctable d’un encrassement de l’organisme. On sait aussi que les tissus de notre corps contiennent 33% d’oxygène. Nos organes et nos glandes ne peuvent bien fonctionner que si les les cellules qui les composent fonctionnent bien, la cellule étant l’unité structurale et fonctionnelle des êtres vivants.

Le Docteur Jean-Paul CURTAY, dans Santé & Nutrition édité en avril 2015 affirme « Nous manquons d’oxygène. Sédentarité, faible aération des espaces de vie, de travail et de transport, la sous-oxygénation est la conséquence directe de notre rythme de vie citadin et moderne. La sous-oxygénation est aggravée par le surpoids, la dépression, le stress ou encore les carences en oméga-3 qui favorisent le transport de l’oxygène par les globules rouges. Avec l’âge, une sous-oxygénation chronique s’installe, le débit sanguin étant naturellement ralenti par l’épaississement des tissus.« 

L’HYPOXIE : LE MANQUE D’OXYGÈNE DE L’ORGANISME

L’hypoxie est le manque d’oxygène dans les cellules. Ce n’est pas une maladie, mais un état dans lequel on se trouve. On le sait, l’oxygène est nécessaire au bon fonctionnement de nos cellules, donc de nos organes, donc de notre organisme. Une petite chute de notre capacité de production d’énergie due à un manque d’oxygène peut être responsable de faiblesse, de fatigue, de difficultés cognitives.

Le déclin de la production d’ATP est associé à des défaillances dans le fonctionnement des organes et des muscles. Un manque d’oxygène dans le cerveau peut avoir des conséquences comme le brouillard mental, l’incapacité à se concentrer, le vertige, les nausées.

Un manque chronique d’oxygène est associé à un affaiblissement général, de la fatigue, des problèmes circulatoires, une mauvaise digestion, un comportement irrationnel, de l’irritabilité, des brûlures d’estomac.

Beaucoup de personnes sont, sans le savoir, en hypoxie, c’est à dire en manque d’oxygène. Dans ces situations, il est très difficile de se concentrer, le moindre document administratif à remplir est une corvée pénible, la fatigue mentale et physique est quasi permanente. Vous pouvez observer les conséquences suivantes avec plus ou moins d’intensité :

  • vous vivez des moments de somnolence, du mal à vous concentrer
  • vous sentez que votre sommeil n’est pas réparateur
  • vous ressentez des céphalées matinales
  • vous avez des accidents, domestiques, accident du travail, accident de la route
  • vous vous sentez dépressif, n’avez pas le moral
  • vous observez des troubles de la mémoire
  • vous vivez de l’impuissance, des troubles de la libido
  • vous tergiversez, reportez à plus tard
  • vous avez quelques  « troubles » du comportement, irritabilité, négativité

DE NOMBREUSES FONCTIONS SONT ATTEINTES PAR LA SOUS-OXYGÉNATION

Un manque d’oxygène dans l’organisme entraîne des conséquences sur de nombreuses fonctions :

  • Acidification. Une acidification des tissus qui empêche l’oxydation complète de certaines substances, véritable cercle vicieux d’acidification de l’organisme.
  • Acidose. Au niveau musculaire, l’hypoxie induit des crampes, en relation avec une acidose métabolique.
  • Inflammation. Les tissus en hypoxie sont sujets à une inflammation locale et une tendance à la néovascularisation.
  • Nécroses. La suite dramatique de l’hypoxie est l’anoxie, qui entraîne des nécroses tissulaires, en particulier du muscle cardiaque, et son arrêt définitif.
  • Épuisement. A terme, une insuffisance d’oxygène peut entraîner des lésions, des troubles nerveux, un épuisement physique… symptômes provoquant à leur tour, une perte d’énergie et donc une mauvaise capacité de l’organisme à se « réparer ».
  • Cellules nerveuses. Toutes les cellules ont besoin d’oxygène y compris les cellules nerveuses, c’est ainsi que l’hypoxie entraîne tremblements, mauvaise vision, mouvements désordonnés, réflexes modifiés. La mauvaise réaction des centres nerveux se propage au cerveau et pourront alors apparaître douleurs, vertiges, agitation mentale, difficultés de jugement, de mémoire et d’attention.

En fait, toutes les fonctions sont atteintes, directement ou indirectement.

Et quelquefois, des effets insoupçonnés. Les conséquences d’un manque d’oxygène dans l’organisme décrites ci-dessus sont voyantes et repérables. Mais d’autres petites misères de la vie quotidienne le sont moins et ne sont pas toujours « reliées » à une éventuelle faiblesse du niveau d’oxygène.

  • Qui associe, en effet, oxygène et pathologies intestinales telles que ballonnements, troubles du transit ou même Candida Albican.
  • Qui pense à l’oxygène en présence d’allergies, de parasites, de mycoses…
  • Qui pense à l’oxygène quand on tombe dans la tergiversation, le report permanent au lendemain.

LES AVANTAGES D’UN APPORT D’OXYGÈNE À L’ORGANISME

Grâce à un apport supplémentaire en oxygène, on permet à celui-ci d’être mieux absorbé par les cellules, ce qui induit :

  • Une amélioration de l’absorption des aliments et donc des nutriments, vitamines et minéraux.
  • Une amélioration de l’état général.
  • Un renforcement de l’immunité.
  • Une hausse de l’endurance, de la vigilance et des capacités intellectuelles, notamment concentration et mémoire.
  • Une amélioration du système nerveux.
  • Un retour à un meilleur équilibre acido-basique.
  • Une lutte contre toute les infections, microbes, mycoses, parasites, virus.
  • La mobilisation de l’oxygène pour les processus d’oxydation, donc d’élimination des toxines.
  • Une meilleure récupération que ce soit en cas de blessure, de convalescence ou suite à une période de stress.
  • Un fonctionnement optimisé du système respiratoire, poumons, sinus.
  • La relance des capacités naturelles d’auto-guérison de l’organisme y compris en cas d’allergies ou de pathologies dégénératives.

Cette liste est impressionnante et pourrait se suffire à elle-même.

OXYGÈNE ET MÉDECINE ACADÉMIQUE

Accroître la quantité d’oxygène en service dans le corps a toujours été un rêve de santé naturelle. La respiration, bien sûr, en premier lieu, en amène une certaine quantité, qui peut être accrue par l’hyper-respiration, mais cela a vite des limites.

La médecine académique s’intéresse de plus en plus à l’oxygène en tant que traitement. Une trentaine de Centres Hospitaliers Français se sont équipés de caissons Hyperbare.

En Allemagne des milliers de médecins utilisent l’ozonothérapie, méthode d’oxygénation à partir d’ozone. Les Naturopathes mettent en évidence le Bol d’Air JACQUIER, procédé qui permet une meilleure assimilation de l’oxygène.

Mais ces méthodes ne visent qu’un nombre limité de situations… et certaines ne sont pas exemptes d’effets secondaires.

UNE VOIE D’AVENIR : L’OXYGENE SOUS FORME LIQUIDE

Alors, de quelle façon permettre un apport supplémentaire d’oxygène cellulaire, le plus simplement possible et avec la  meilleure biodisponibilité. Une voie d’avenir  est l’oxygène sous forme liquide. L’oxygène, surtout sous sa forme liquide, est en réalité une méthode oxygénante, qui loin d’être oxydante, augmente au contraire les capacités anti-oxydantes de l’organisme.

La meilleure réponse est d’utiliser un support contenant de l’oxygène stabilisé et pour cela l’eau est le meilleur moyen. En effet, l’eau est le meilleur élément qui nous relie à l’oxygène.

La forme liquide de l’oxygène liée à de l’eau permet une pénétration cellulaire rapide. La boisson étant absorbée par l’organisme, l’oxygène se retrouve dans le sang et transporté aux cellules, en sollicitant très peu le système digestif.

Cette forme « naturelle » permet une utilisation régulière, sans risque, sans apport excessif d’oxygène, sans aucun effet secondaire lié à l’apport supplémentaire d’oxygène.

Les premières observations de l’intérêt de ce procédé remontent aux années 1920.

La première utilisation de l’oxygène stabilisé pour l’homme remonte à 1926 en Allemagne par le Dr William F. KOCH. Il est proposé et utilisé depuis 1930 aux États-Unis comme complément alimentaire.

L’EAU KAQUN EST ISSUE DE LA RECHERCHE

Dans les années 80, trois Universités, dont l’Université de la Navy Américaine et une Université Hongroise allient leurs recherches pour mettre au point une eau à très haute teneur en oxygène, l’eau KAQUN.

L’action de l’oxygène stabilisé dans l’eau est de fournir une assistance au niveau des fonctions de base de l’organisme. Cet apport facilite la détoxification de l’organisme et améliore l’absorption des substances propices à l’organisme.

Plus un organisme s’encrasse et se dévitalise et plus il a besoin d’oxygène pour se décrasser et donc se revitaliser.

En quoi une déficience en eau et oxygène influe-t-elle négativement sur l’élimination de nos déchets ?

Pour répondre à cette question, considérons que notre corps n’est pas vide, qu’il est peuplé d’intelligences. Il n’est pas abandonné au hasard, il est organisé et régi par des lois.

Quand, consciemment ou inconsciemment, nous transgressons ces lois, nous dérangeons ces intelligences. Cela déclenche des mécanismes qui ont des effets désastreux sur le plan physique, et là aucune théorie médicale, aussi savante soit-elle, ne réussira à les neutraliser.

Notre corps physique est composé d’un nombre incalculable de cellules organisées selon un plan, notre code génétique, et qui correspondent sans cesse avec leur environnement par une infinité de réactions chimiques dont nous sommes conscients ou non. Chacune de ces cellules est une entité vivante, une très petite «âme» intelligente qui sait comment respirer, se nourrir, éliminer. Regardez la façon dont travaillent les cellules de l’estomac, du foie, des organes sexuels, du cœur, du cerveau. Elles ont chacune leur spécialisation. Et notre intelligence est la somme des intelligences de toutes ces petites existences. Nous dépendons d’elles et elles dépendent de nous, nous formons une unité.

Nous ne pouvons rien faire sans le consentement de nos cellules. Le jour où elles s’arrêtent de travailler, de contribuer au bon fonctionnement de notre organisme, nous ne pouvons plus respirer, nous nourrir, éliminer, nous mouvoir, penser. Et cela ne sert à rien de nous révolter contre cette situation. Cela nous incite à comprendre que nous sommes la synthèse de toutes ces petites vies intelligentes qui vivent en nous et que nous avons, chaque jour, à bien prendre soin d’elles.

Nos cellules ont 4 besoins vitaux pour maintenir leur intégrité et fonctionner correctement. Nos cellules ont besoin : de nutriments, d’eau, d’oxygène et d’éliminer leurs déchets.

Quand l’un de ces 4 principes de base est insuffisant ou vient à manquer, nos cellules entrent en insuffisance fonctionnelle, voire en dysfonctionnement et, plus avant, en dégénérescence lésionnelle.

Les déchets que nous n’arrivons pas éliminer totalement par suite d’insuffisance de force vitale ou par suite d’apports constants et excessifs de substances inutilisables ou mal utilisées productrices de grandes quantités de déchets, stagnent et s’accumulent dans l’organisme.

Il en résulte un encrassement organique nommé Tox-Sang-Lymphe Physio-Pathologie, TSLpp. C’est une intoxication pathologique du sang et de la lymphe notamment. Ces déchets s’insinuent partout, jusque dans nos glandes endocrines[1], notre système nerveux, nos yeux, nos os, nos bronches, nos reins, notre peau, etc.

On peut dire que le vieillissement et la maladie, tant sur le plan physique, qu’émotionnel et mental, sont dus à l’accumulation de déchets acides, donc toxiques et oxydants. Un organisme sain est un organisme dont les cellules, tissus, glandes et organes sont dépourvus de déchets résiduels.

La santé naturelle résulte ainsi de notre propreté interne et la maladie non accidentelle résulte de notre saleté interne. On peut considérer que beaucoup de maladies habituelles sont des crises de nettoyage interne, un effort de nettoyage, un effort de désintoxication effectué par notre force vitale.

Plus notre organisme est pauvre en déchets et en éléments acides et plus il est oxygéné. L’inverse est vrai. Un tissu acidifié, donc encombré de déchets, est un tissu sous-oxygéné, acidification et sous-oxygénation étant les 2 faces d’une même médaille.

L’oxygène nettoie, désulfate le pôle positif de nos atomes cellulaires qui tend à sulfater comme le pôle positif d’une batterie d’automobile ce qui coupe le contact électrique et arrête le fonctionnement du moteur.

Sans cette «désulfatation» permanente par l’oxygène sanguin, nos électrons satellites et nucléaires constituant nos atomes cellulaires ne peuvent plus échanger des informations vitales, ce qui entraîne la mort de nos cellules.

L’appauvrissement de notre organisme en oxygène entraîne un encrassement humuro-cellulaire (TSLpp) et conséquemment un affaiblissement de nos défenses immunitaires. Plus un organisme s’encrasse et se dévitalise et plus il a besoin d’oxygène pour se décrasser (pour désulfater ses atomes) et donc se re-vitaliser.

QUELLES SONT LES PRINCIPALES CONSÉQUENCES DE L’HYPOXIE SUR NOTRE MÉTABOLISME ? QUELLES RÉACTIONS BIOCHIMIQUES ENTRAÎNENT-ELLES ?

L’hypoxie cellulaire est le problème crucial et central de l’activité cellulaire parce que c’est l’oxygène qui dépollue la cellule et tue les cellules cancérosées qui ne peuvent vivre qu’en anaérobie (sans oxygène).

Dans une cellule normale physiologique, tous les processus biologiques et bio-énergétiques ont lieu en présence d’oxygène. La sous-oxygénation entraîne une perturbation des fonctions cellulaires et donc de l’organisme. Et toute privation d’O2 entraîne une rupture des structures cellulaires, rupture qui est propice à toute mutation cellulaire.

De même, tous les processus immunitaires comme la phagocytose par exemple, dépendent aussi de l’oxygène. Et la puissance immunitaire d’une personne dépend de son degré d’oxygénation sanguine, donc de son degré de vitalité.

Améliorer les immunités naturelles, c’est avant tout améliorer la quantité d’oxygénation du sang et des cellules.

Tous les stress, qu’ils soient d’ordre psychologique et/ou d’ordre biologique, entraînent une carence en oxygène et en énergie, donc une acidose et, conséquemment une baisse de l’immunité naturelle des défenses organiques.

QUELLES SONT LES PRINCIPALES CONSÉQUENCES DES POLLUTIONS ENDOGÈNES OU EXOGÈNES, SUR NOS CELLULES ?

Nos cellules vieillissent et meurent par suite d’oxydations non compensées (non réduites), consécutives à une accumulation progressive de déchets qu’elles ne parviennent pas à éliminer totalement, et tous les jours, par insuffisance de vitalité (de force vitale). Je dis bien totalement. Le processus de vieillissement est en quelque sorte une lente et progressive asphyxie de nos cellules par des déchets ou résidus d’origine mentale, digestive, métabolique, et d’origine cellulaire.

Pour stopper le vieillissement, il nous appartient de mettre en œuvre des moyens de se débarrasser complètement, et chaque jour, de ces résidus ce qui permet d’accroître la vitalité générale.

Donc, pour inverser le processus de vieillissement, il faut parvenir à extraire totalement les déchets accumulés, incrustés, dans notre organisme depuis des années.

Si nous arrivons à faire cela, alors on rajeunira réellement, nos cellules souches libérées de leur gangue asphyxiante, oxydante, désinformées, retrouveront alors leur activité normale pour continuer à nous régénérer.

D’OÙ PROVIENT L’EAU KAQUN ET PAR QUELLE TRANSFORMATION MÉCANIQUE EST-ELLE MODIFIÉE POUR QUE L’OXYGÈNE QU’ELLE CONTIENT SOIT ASSIMILABLE PAR L’ORGANISME ?

L’eau KAQUN Boisson est produite à la Source HEREDICSE située dans le Parc Naturel Régional BUKK en Hongrie, et bénéficie d’un taux d’oxygène de multiple fois supérieur à une eau classique. Le haut niveau d’oxygène de l’eau KAQUN provient du procédé KAQUN, procédé unique au monde, et non des qualités particulières de l’eau utilisée.

La technologie utilisée par KAQUN ne consiste pas à injecter sous une forte pression, de l’oxygène dans l’eau mais à agir sur la relation oxygène/hydrogène, ce qui permet de libérer naturellement l’oxygène déjà présent dans l’eau, et de maintenir à long terme, un haut degré d’oxygène dans cette eau.

Le processus de fabrication de l’eau KAQUN réduit l’eau à sa plus petite forme liquide, en la dépolymérisant (en désintégrant ses grappes moléculaires ou polymères) ce qui accroit ainsi, son taux d’absorption par les cellules.

De cette façon l’eau KAQUN pénètre et oxygène mieux la cellule pour la détoxiquer et donc l’énergétiser.

Il convient de bien retenir que l’eau KAQUN est le résultat non pas d’une addition d’O2 à cette eau mais le résultat d’une dissociation des deux composants essentiels de l’eau, c’est-à-dire de l’hydrogène (H) et de l’oxygène (O), oxygène qui est re-capturé par les groupes moléculaires de l’eau en raison de sa forte charge électrique.

Dans cette eau, il n’y a donc pas d’oxygène libre ou d’oxygène sous forme de bulles comme dans une eau gazeuse.

L’eau KAQUN est donc uniquement de l’eau, mais de l’eau dont l’organisation moléculaire des deux éléments essentiels (H et O) a été modifiée pour mieux rendre disponible son O2, élément essentiel d’épuration et donc de régénération de nos cellules.

PAR QUELLE(S) VOIE(S) L’OXYGÈNE SUPPLÉMENTAIRE EST-IL ABSORBÉ ?

Ce qui caractérise cette méthode d’oxygénation, et la distingue de toutes les autres, c’est d’abord le fait que l’oxygène ne suit pas le circuit sanguin. L’oxygène pénètre dans le corps par la peau, puis se propage rapidement pour parvenir à l’espace intra-cellulaire (la matrice), d’où il peut rapidement exercer son action positive efficace. La disponibilité de l’oxygène moléculaire O2 véhiculée par l’eau sous forme de mini-cluster est de 500 à 700 fois plus grande et plus rapide que celle attribuée et calculée pour l’oxygène véhiculé par le circuit poumon/sang habituel.

LA MÉTHODE KAQUN EST-ELLE UNE MÉTHODE OXYGÉNANTE NON OXYDANTE QUI AMÉLIORE L’ACTIVITÉ MITOCHONDRIALE ?

L’oxygénation de l’organisme est une nécessité vitale. Certains pensent encore qu’un apport supplémentaire d’O2 entraîne une production accrue de radicaux libres et que ce sont ceux-ci qui sont la cause des oxydations cellulaires et donc la cause des dysfonctionnements organiques, de l’atonie tissulaire et du vieillissement, notamment.

Croire cela est une erreur, parce qu’ils sont effets et non cause première.

C’est la sous-oxygénation asphyxiante, encrassante, qu’il faut combattre et non la sur-oxygénation désasphyxiante, décrassante. C’est parce que l’on prend l’effet pour la cause qu’on raisonne à l’envers. Il y aurait sur-oxygénation et donc nuisance, comme tout ce qui est excessif, si l’on soumettait un sujet à une oxygénation pure hyper-bare en milieu clos. Ce qui n’est pas le cas dans la vie courante.

Le problème de radicaux libres n’est pas un problème d’oxygénation mais d’encrassement humuro-cellulaire par les faux aliments et les pensées négatives notamment.

DES ÉTUDES SCIENTIFIQUES ONT-ELLES ÉTÉ CONDUITES POUR DÉMONTRER LES BIENFAITS DE CETTE EAU ?

Pour les Docteurs Robert LYONS et Sandor KULIN, respectivement CEO et Directeur Scientifique de KAQUN, la seule voix qui vaille est la voix de la validation scientifique.

Régulièrement, et de plus en plus fréquemment, nous entendons parler de produits thérapeutiques ou de procédés se disant spéciaux ou « miraculeux ». Certains de ces produits connaissent un certain succès, cependant, ces succès existent surtout dans des régions où il y a peu d’informations sur la santé.

Indépendamment de leur éventuelle efficacité thérapeutique, la plupart de ces produits miraculeux n’ont pas passé le cap de la validation scientifique.

Ce fût longtemps le cas pour l’eau enrichie en oxygène. Des dizaines d’eaux enrichies en oxygène ont été inventées, mais aucune n’a pu apporter de résultat scientifiquement valide en termes de bénéfices pour la santé. La raison principale tient à leur procédé de fabrication basé sur l’injection forcée d’oxygène dans l’eau, un peu comme on produit de l’eau gazeuse ou du soda en injectant du CO2 dans de l’eau.

La technologie KAQUN est différente. Le procédé de fabrication ne consiste pas à injecter de force de l’oxygène dans de l’eau. KAQUN est une nouvelle technologie qui agit sur la relation oxygène/hydrogène et qui permet de libérer l’oxygène naturellement présent dans l’eau.

Cette technologie garantit ainsi un maintien à long terme d’un haut niveau d’oxygène dans l’eau, c’est ce qui permet des résultats probants. KAQUN a fait l’objet de 13 études scientifiques. Elles ont été faites dans des Instituts Nationaux Gouvernementaux accrédités. Certaines des plus hautes instances scientifiques ont produit des études sur l’eau KAQUN, dont la plus haute, l’Académie Nationale des Sciences de Hongrie et l’Institut National d’Oncologie de Hongrie.

UN PAS POSITIF VERS L’AVENIR

Nos cellules vieillissent et meurent suite à une accumulation progressive de déchets qu’elles ne parviennent pas à éliminer totalement par insuffisance de vitalité. Le processus de vieillissement est ainsi une lente et progressive asphyxie de nos cellules par des déchets ou résidus d’origine mentale, digestive, métabolique, et d’origine cellulaire. Pour inverser le processus de vieillissement, il faut parvenir à extraire totalement les déchets accumulés, incrustés, dans notre organisme depuis des années.

Si nous arrivons à faire cela, alors nous rajeunissons réellement, nos cellules souches libérées de leur gangue asphyxiante, oxydante, désinformée, retrouveront alors leur activité normale pour continuer à nous régénérer.

LA VIE EST BELLE AVEC DE L’ENERGIE

L’oxygène supplémentaire de l’eau KAQUN participe, fondamentalement, à la production de l’énergie globale de l’organisme, notamment à travers les mitochondries, centrales dites énergétiques situées à l’intérieur de nos cellules. L’oxygène, en tant que comburant de l’hydrogène, aide à produire de l’énergie et, simultanément, à oxyder (brûler) les résidus toxiques, acides.

L’oxygène facilite l’utilisation des énergies apportées à l’organisme par les divers nutriments, lipides, glucides, etc. Plus nos cellules reçoivent d’oxygène et plus nous brûlons et éliminons nos déchets métaboliques qui tendent à stagner et à nous encrasser et plus nous produisons d’énergie et de vitalité générale.

Une glande endocrine est une glande interne qui sécrète des hormones dans la circulation sanguine directement. Ces hormones exercent alors leur action spécifique sur des organes cellules ou récepteur distants. Les hormones agissent comme des sortes de messagers biochimiques, régulant de nombreuses fonctions de l’organisme telles que la croissance et le développement, la différenciation sexuelle, la reproduction, le métabolisme, la pression artérielle, la glycémie et l’équilibre des fluides.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

id vel, at suscipit quis, consectetur mattis ipsum velit,