L’impact des métaux lourds sur les glandes surrénales Partie 1

Rate this post

Le plomb et le stress neuro-endo-métabolique

Le plomb est un métal lourd aux effets dévastateurs sur la santé. Dans les pays développés en général et plus particulièrement aux États-Unis, le plomb est la cause de décès de milliers de personnes, un bilan qui serait bien loin des estimations réelles.

Comment est-on exposé au plomb?

Longtemps présent dans l’air ambiant dû à l’utilisation de l’essence automobile jusqu’à son interdiction en 1999 aux Etats-Unis et en 2000 en Europe, le plomb a toujours été un métal toxique polluant notre milieu de vie. Et il y est toujours présent dans plusieurs éléments de la vie quotidienne à savoir :

  • Des peintures des maisons : des peintures contenant du plomb tapissent encore les murs intérieurs et extérieurs de nombreuses constructions anciennes qui ne respectent pas toujours les normes d’assainissement. Ces peintures contenant du plomb s’écaillent en flocons et contaminent ainsi le sol (du plancher et du pourtour de ces constructions) et l’air intérieur de ces habitations. Qu’elles soient inhalées ou ingérées, ces particules de plomb ont des effets nocifs sur l’organisme.

  • Des jouets des enfants : bien qu’interdits, on y retrouve encore sur les marchés pas mal de jouets contaminés au plomb.

  • La vaisselle et la poterie: dont certaines glaçures (notamment sur céramique et porcelaine), et la porcelaine contiennent du plomb.

  • L’eau potable : en effet, de nombreux conduits d’eau de plusieurs agglomérations sont faits de plomb. L’eau se retrouve ainsi avec des concentrations du plomb supérieures aux normes sanitaires recommandées. Il résulte une contamination chronique de la population générale qui ignore dans certaines circonstances que l’eau potable utilisée est contaminée, comme c’est le cas dans de nombreuses villes américaines. En effet, il a été révélé que 33 villes américaines utiliseraient des méthodes d’analyse d’eau ou des « astuces«  pour masquer les concentrations de plomb dans l’eau au détriment de toute considération éthique et malgré les enjeux sanitaires qui y sont associés.

  • Le tamarin contenu dans les bonbons.

  • Des cosmétiques : certains d’entre eux sont révélateurs de la banalisation de l’utilisation du plomb.

  • Des produits de la chasse et de la pêche : tels que des munitions et des leurres.

  • L’exposition professionnelle : de nos jours, elle est le principale source d’exposition de concentrations élevées de plomb. Les activités humaines concernées sont entre autres l’utilisation de conduites en plomb, le décapage de peintures au plomb, la fabrication de batteries, l’exploitation minière…

Les effets du plomb sur le système de réponse au stress neuro-endo-métabolique (NEM)

L’un des effets les plus redoutés du plomb est sans conteste celui qui affecte le NEM. Ce système est constitué d’un réseau complexe de « circuits interconnectés » : l’inflammation, la détoxification, le métabolisme, l’hormone, la cardionomie et le neuroa2ffect. Chaque circuit ayant sa réponse spécifique, l’exemple d’une inflammation suite à l’ingestion d’un aliment intolérant en est illustrateur.

Comment se manifestent les effets du plomb sur le NEM ? Cas des circuits neuroaffectif et cardionomique

Les effets du plomb sur le circuit neuroaffectif se manifestent différemment chez l’enfant et l’adulte respectivement par des troubles d’apprentissage pour le premier; et les maux de tête, des troubles de la mémoire et les problèmes d’humeur pour le second. La présence d’un comportement agressif est un signe couramment rencontré au niveau de la perturbation du circuit neuroaffectif mais aussi hormonal.

Bien que peu connus, les effets d’une surexposition au plomb se traduit dans le circuit touchant le cœur, les veines et les artères par une hypertension artérielle. Même à faibles doses, le circuit cardionomique semble être particulièrement affecté par la présence de ce métal dans le sang. Ainsi les études ont montré que les individus ayant de faibles taux sanguins de plomb de 1 microgramme par décilitre avait malgré tout « une augmentation considérable de 70% du risque de décès par maladie cardiovasculaire » comparativement à ceux ayant une plombémie de 6,7 microgrammes par décilitre. Ces derniers présentaient quant à eux un risque accru de 37% de mortalité toutes causes confondues.

Comment réduire son taux de plomb dans le sang?

Selon la CDC, il convient d’agir sur sa charge corporelle en plomb lorsque la teneur est de 5 millilitres par décilitre. Et éviter si possible toutes les sources de contamination au plomb est le moyen le plus radical de couper son exposition à ce métal.

Par ailleurs afin de réduire la charge corporelle en plomb, il existe des moyens médicaux selon des protocoles préétablis en cas d’exposition à de fortes doses. Également, les moyens naturels de stimulation du circuit NEM dans le processus de la détoxification existent et à la portée de tous. Les plantes communément utilisées dans la détoxification naturelle sont :

  • La chlorella : c’est une algue verte, un chélateur naturel efficace pour éliminer les métaux lourds tels le plomb et le mercure de votre corps

  • Vitamine C : antioxydant, elle est très efficace dans la stimulation du système immunitaire et la désintoxication.

  • Coriandre : en extrait de teinture préférentiellement, aurait la capacité de chélater le plomb dans le sang.

  • Shilajit : c’est une plante apoptogène contenant beaucoup de carbone comme le charbon. Elle contient également des agents chélateurs dont l’acide fulvique, « un agent chélateur organique le plus puissant jamais découvert », et l’acide humique.

  • Et des probiotiques.

Référence

Michael Lam, MD, MPH; Justin Lam, ABAAHP, FMNM; Carrie Lam, MD (2018). The Dangers of Lead Exposure. https://www.drlam.com/blog/the-dangers-of-lead-exposure/38530/