Comment prévenir et contrôler l’ostéoporose naturellement, sans médicaments ?

image_pdfimage_print
5.0
01

L’ostéoporose est la maladie osseuse chronique la plus répandue au monde. Caractérisé par une fragilité accrue des os, elle est présente dans tous les groupes d’âge, sexes et races. On estime que plus de 200 millions de personnes dans le monde souffrent de ce trouble. Les statistiques de l’International Osteoporosis Foundation suggèrent qu’une femme sur trois, âgée de plus de 50 ans et un homme sur cinq, seront victimes de fractures ostéoporotiques au cours de leur vie. Heureusement, l’approche de la médecine cellulaire du Dr Rath offre la possibilité de prévenir et de contrôler l’épidémie d’ostéoporose naturellement, sans médicament.

Qu’est-ce que l’ostéoporose?

Chez les adultes en bonne santé, le tissu osseux est constamment remplacé . Sur une période de 7 à 10 ans, le squelette complet du corps est complètement renouvelé. Cependant, à mesure que les gens vieillissent, et particulièrement chez les femmes après la ménopause, le tissu osseux commence à se décomposer plus rapidement qu’il ne peut être remplacé. Cela affaiblit les os et, à mesure que leur densité diminue, les rend plus sujets aux fractures. Dans l’ostéoporose, les os deviennent de plus en plus fragiles, de sorte qu’ils peuvent se fracturer très facilement.

Jusqu’à la première fracture, les patients souffrant d’ostéoporose ne présentent souvent aucun symptôme. Cependant, lorsque les symptômes se manifestent, ils peuvent inclure des problèmes tels que maux de dos, diminution de la taille et posture courbée.

Pour diagnostiquer l’ostéoporose, votre médecin effectuera probablement un test appelé scan de la densité osseuse. Cela mesure combien de grammes de calcium et d’autres minéraux sont contenus dans un centimètre carré d’os. En général, plus la teneur en minéraux est élevée, plus la densité de l’os est élevée. Plus vos os sont denses, moins ils risquent de se fracturer.

Facteurs de risque d’ostéoporose

Les facteurs de risque connus pour l’ostéoporose sont les suivants:

  • Le sexe : les femmes sont beaucoup plus susceptibles de développer de l’ostéoporose que les hommes.
  • L’âge : le risque d’ostéoporose augmente avec l’âge.
  • Certaines conditions médicales : le risque d’ostéoporose est plus élévé chez les personnes atteintes de la maladie cœliaque, d’une maladie inflammatoire de l’intestin, d’une maladie du rein ou du foie, d’un cancer, de la plolyarthrite rhumatoïde et de certains autres problèmes de santé.
  • Un manque d’activité physique : de nombreuses études montrent que l’exercice physique améliore la densité minérale osseuse.
  • Consommation excessive d’alcool : L’abus chronique d’alcool est un facteur de risque connu de l’ostéoporose.
  • Tabagisme : Les recherches montrent que le tabagisme réduit la densité osseuse et augmente considérablement le risque de développer l’ostéoporose.
  • L’utilisation de certains médicaments : on sait qu’un certain nombre de médicaments sur ordonnance exposent les patients à un risque accru de développer une ostéoporose. Par exemple, environ 30 à 50% des patients sous corticothérapie de longue durée seront victimes de fractures ostéoporotiques. L’utilisation à long terme d’inhibiteurs de la pompe à protons peut augmenter considérablement le risque de fractures osseuses liées à l’ostéoporose.

Traitement conventionnel de l’ostéoporose

Malheureusement, les médicaments pharmaceutiques prescrits pour l’ostéoporose peuvent provoquer des effets secondaires graves et faire plus de mal que de bien.

La classe des bisphosphonates, des médicaments couramment utilisés pour traiter l’ostéoporose est particulièrement dangereuse et, plutôt que de renforcer les os, on a constaté qu’elle les affaiblissait. Dans une étude réalisée par des scientifiques de l’Imperial College de Londres, l’utilisation de ces médicaments était associée au développement de «microfissures» dans les os. De manière significative, les os des patients prenant des médicaments à base de bisphosphonates présentaient un plus grand nombre de fissures de ce type et une résistance mécanique moindre, que ceux qui n’en prenaient pas.

D’autres recherches ont montrés que le traitement par les modulateurs sélectifs des récepteurs aux œstrogènes (SERM), une classe de médicaments stimulant l’œstrogène utilisés pour traiter l’ostéoporose chez les femmes ménopausées, augmente le risque de cancer.

Les patients atteints d’ostéoporose qui prennent l’hormone calcitonine ont également un risque accru de cancer.

L’approche de la médecine cellulaire contre l’ostéoporose

L’approche de médecine cellulaire du Dr Rath s’attaque à la cause fondamentale de l’ostéoporose en fournissant des quantités optimales de micronutriments spécifiques nécessaires à la construction et au maintien d’os sains. Beaucoup de gens croient, que la vitamine D et le calcium sont les seuls micronutriments nécessaires à la santé des os.

Afin de garantir une construction osseuse forte, les minéraux doivent se fixer sur une base de tissus conjonctif sain. Sans collagène sain, les os ne peuvent pas se former ou fonctionner correctement. Une bonne formation osseuse dépend donc non seulement d’une quantité suffisante de calcium et de vitamine D, mais surtout d’un apport suffisant en vitamine C, des acides aminés lysine et proline, ainsi que d’autres micronutriments supportant le collagène.

En plus de ses recommandations de base sur la santé cellulaire, le Dr Rath recommande aux patients souffrant d’ostéoporose ou à risque de développer l’affection de prendre les micronutriments suivants à des doses plus élevées:

  • VITAMINE C : La vitamine C joue un rôle essentiel dans la promotion de la formation de collagène pour le fonctionnement normal des os. Les recherches montrent que les taux sériques de vitamine C sont plus bas chez les patients présentant une fracture ostéoporotique. Les suppléments de vitamine C doivent être pris dans le cadre d’une formule synergique comprenant les acides aminés lysine et proline, qui jouent également un rôle essentiel dans la formation du collagène.
  • VITAMINE A : La vitamine A est essentielle à la croissance osseuse et joue un rôle important dans le fonctionnement normal des ostéoblastes (cellules qui construisent de nouveaux os) et des ostéoclastes (cellules qui décomposent les os pour les réparer et les remodeler).
  • VITAMINE E : Les recherches montrent que de faibles apports et de faibles concentrations sériques de vitamine E sont associés à une augmentation du taux de fractures osseuses chez les seniors.
  • VITAMINE D ET VITAMINE K : Les recherches montrent que les vitamines D et K jouent un rôle synergique dans le maintien de la santé des os.
  • ACIDE FOLIQUE : Les recherches montrent que les personnes âgées présentant de faibles niveaux d’acide folique de la vitamine B9 (folate) ont un risque accru de souffrir de fractures ostéoporotiques.
  • CALCIUM : Des études ont montré qu’un apport accru en calcium et un ratio calcium / phosphore élevé avaient des effets favorables sur la masse osseuse. Lorsqu’il est pris en association avec de la vitamine D3, il a été démontré que les suppléments de calcium réduisent le risque de fracture de la hanche et d’autres fractures non vertébrales.
  • MAGNÉSIUM : Le magnésium joue un rôle important dans le maintien de la santé des os. Il participe au métabolisme du calcium, à la synthèse de la vitamine D et à l’intégrité de la formation de cristaux osseux dans le squelette. La recherche montre que la supplémentation en magnésium peut prévenir les fractures et augmenter considérablement la densité osseuse.
  • POTASSIUM : Les recherches montrent une association positive entre l’apport en potassium et la densité osseuse, suggérant ainsi que l’apport supplémentaire en potassium peut jouer un rôle dans la prévention de l’ostéoporose.
  • ZINC : Les recherches montrent que, par rapport aux personnes en bonne santé, les patients atteints d’ostéoporose ont des taux sériques de zinc plus bas. Un essai clinique randomisée en double aveugle contrôlé par placebo, réalisé en Iran a montré que les femmes ménopausées atteintes d’ostéoporose peuvent bénéficier d’une supplémentation en zinc.
  • MANGANÈSE : Le manganèse influence la formation des ostéoblastes et des ostéoclastes. Cela est essentiel pour une croissance et un développement osseux normaux
  • BORE : Le bore a un effet puissant sur le métabolisme du calcium. Les recherches suggèrent que, chez les femmes ménopausées, une supplémentation en bore induit des modifications compatibles avec la prévention de la perte de calcium et de la déminéralisation osseuse.
  • IODE : Élément essentiel de la minéralisation osseuse, les recherches montrent que les taux d’iode urinaire sont significativement plus bas chez les femmes atteintes d’ostéoporose post-ménopausique.
  • SILICE : Un nombre croissant de publications scientifiques reconnaissent que la silice joue un rôle essentiel dans la formation et le maintien de l’os. La supplémentation en silice augmente la densité minérale osseuse et améliore la résistance des os. La silice peut donc jouer un rôle important dans la prévention et le traitement naturels de l’ostéoporose.

Tous ces nutriments sont concentrés dans un supplément nutritionnel du Dr Rath, il s’agit de la combinaison Vitacor – Osteoforte

Combinaison Vitacor – Osteoforte

Pour commander directement ces compléments alimentaires sur le site du Dr Rath : dr-rath.com

Contactez-moi en tant que conseiller en médecine cellulaire (cf certificate-1 certificate-2) contact@optimise-ta-sante.com

Je vous propose une consultation en naturopathie et en médecine cellulaire, découvrez-en plus en suivant ce lien : : consultation en naturopathie en ligne

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

mattis massa luctus libero Aenean sem,