Le rayonnement de l’imagerie diagnostique peut causer des dommages cellulaires.

image_pdfimage_print
Rate this post

La détection précoce des problèmes de santé est très importante dans le diagnostic ou parfois dans l’élimination de la maladie dès son apparition. Au cours des dernières décennies, diverses techniques d’imagerie telles que les rayons X, les ultrasons, l’IRM (imagerie par résonance magnétique) et les scanners CT ou CAT (tomographie assistée par ordinateur) ont été développées et appliquées à des fins diagnostiques et thérapeutiques. Cependant, au cours des dernières années, de nombreux médecins, et en particulier des radiologues, se sont inquiétés de l’utilisation excessive de certaines techniques de diagnostic, en particulier celles qui exposent les patients aux rayonnements.

Bien que l’utilisation peu fréquente de radiographies ou de tomodensitogrammes n’aura pas ou peu d’effets indésirables sur un patient, de multiples expositions aux rayonnements, même sur une courte période, peuvent causer de graves dommages aux cellules et augmenter les risques de cancer, de maladies cardiovasculaires et de nombreuses autres maladies. . En 2007 seulement, le National Cancer Institute des États-Unis a prédit que 29 000 futurs cas de cancer pourraient être liés aux 72 millions de tomodensitogrammes effectués dans le pays cette année-là seulement. 

Malgré ces inquiétudes et mises en garde, l’utilisation des tomodensitogrammes diagnostiques a explosé aux États-Unis au cours des trois dernières décennies, passant de 3 millions de tomodensitogrammes dans les années 1980 à 70 millions en 2007 – ce taux a doublé ces cinq dernières années. Plus de 4 à 7 millions d’enfants américains effectuent des tomodensitogrammes et le nombre augmente de 10 % chaque année! Il est assez commun aux États-Unis que presque toute personne se plaingnant de maux d’estomac passe un scanner abdominal. Le rayonnement d’un tel scanner abdominal est approximativement comparable à 200 radiographies thoraciques ou à 1500 radiographies dentaires.

En outre, les tomodensitogrammes sont de plus en plus utilisés pour des bilans de santé réguliers. Cela est particulièrement vrai pour l’imagerie des blocages artériels afin de détecter les cardiopathies athéroscléreuses à intervalles de six mois ou d’un an. La raison en est que l’exposition aux rayonnements pour un tel scanner de diagnostic est extrêmement faible par rapport à un scanner régulier. Selon une estimation, un scanner régulier expose les patients à au moins 150 fois la quantité de rayonnement d’une seule radiographie thoracique.

Cependant, une étude publiée récemment indique que même une petite quantité d’exposition aux rayonnements due à des examens d’imagerie inutiles peut causer des dommages à long terme, qui peuvent faire surface même des décennies après l’exposition. Selon cette étude, l’exposition à de faibles doses de tomodensitométrie répétées entraîne un risque significativement accru de dysfonctionnement cardiovasculaire résultant de lésions des cellules endothéliales qui tapissent les artères coronaires.

Les chercheurs savent depuis longtemps qu’une forte dose de rayonnement réduit les niveaux d’oxyde nitrique dans les cellules. L’oxyde nitrique est un «facteur relaxant» naturel et aide à la relaxation des vaisseaux sanguins, maintenant ainsi des bons niveaux de tension artérielle . Dans cette étude récente, il a été noté pour la première fois que même une faible dose d’irradiation répétée peut entraîner une réduction de l’oxyde nitrique, endommager l’ADN cellulaire et induire un vieillissement prématuré des cellules par une augmentation des dommages causés par les radicaux libres. De telles altérations du fonctionnement cellulaire peuvent entraîner de graves implications pour les systèmes cardiovasculaires et les autres organes.

Bien que certains scanners fournissent des informations utiles et puissent sauver des vies en cas d’urgence, il convient d’éviter l’utilisation excessive de rayons X et de scanners inutiles.

Les lignes directrices sont encore floues sur qui devrait ou ne devrait pas passer des tomodensitogrammes, et quelles devraient être leurs indications et fréquences exactes. Il est important que les gens soient conscients des effets immédiats et à long terme des rayonnements ionisants, et l’éducation est la seule clé pour la protection.

Pour en savoir plus sur la médecine cellulaire ou pour recevoir des conseils suivez ce lien

Si vous désirer en apprendre plus sur la médecine cellulaire, obtenir des conseil sur les compléments alimentaires, contactez-moi en tant que conseiller en médecine cellulaire (cf certificate-1 certificate-2) maite@optimise-ta-sante.com (bientôt un ID skype pour vidéo conférence)

Pour commander directement des compléments alimentaires sur le site du Dr Rath : dr-rath.com

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

leo. risus. mattis Donec elementum libero. ut Curabitur libero luctus elit. suscipit